Vous êtes ici

Action Inter-Génération

 

Proches-Aidants, Mentors, Entreprises et Services Publics

 

Soutenez le projet d'un jeune en partageant vos connaissances et votre expérience !

 

«Solidarité entre générations»

Action Jeunesse lance un appel à des adultes responsables souhaitant transmettre leur expérience à des jeunes en difficulté d’insertion. Ces proches aidants ou mentors bénéficieront d’une formation et d’un encadrement professionnel.

Nicolas Schwery, directeur Action Jeunesse

Le monde actuel génère chaque année un certain nombre de jeunes ayant des difficultés d’ordre scolaire, social ou personnel, en manque de place de formation ou de travail, certains devant attendre plusieurs années avant de décrocher la timbale. Il s’agit de trouver des solutions pour y faire face. La Fondation Valaisanne Action Jeunesse, basée à Sion, lance le projet «Solidarité entre générations», dont l’originalité réside dans la présence de proches aidants (parents, oncle, cousin) ou de mentors (enseignants, professionnels à la retraite) aux côtés des jeunes en rupture ou en difficulté durant leur formation.

Active depuis 1999 dans l’aide aux jeunes dans le Valais romand, Action Jeunesse a mis sur pied un centre d’information, de consultation juridique et de désendettement. Depuis 2008, sur mandat du Service de la formation professionnelle, elle développe le «Programme Action Apprentissage» (classes préparatoires à l’apprentissage et de placement en entreprise) puis, dès 2012, en collaboration avec le Service de l’action sociale et les communes, différentes mesures d’accompagnement social accrues pour des jeunes à l’aide sociale. «Les professionnels de la fondation, psychologues, travailleurs sociaux, juristes, ont observé que les jeunes ayant des problèmes d’ordre scolaire, social ou relationnel éprouvaient des difficultés croissantes à trouver une place d’apprentissage ou un travail, et à s’y maintenir», explique Igor Schimek, médiateur social et coach au sein d’Action Jeunesse. «Nous avons constaté en même temps que le coaching de ces jeunes par des adultes compétents et motivés, issus de l’entourage familial ou connaissant bien le monde de la formation et du travail, contribuait fortement à assurer le succès sur la durée du projet professionnel. «Solidarité entre générations» vise à encadrer et à soutenir les acteurs du projet, jeunes comme adultes, en particulier lorsqu’ils sont seuls ou épuisés par les difficultés multiples rencontrées, et à mettre sur pied un réseau de solidarité et d’engagement.

«Les proches et mentors, des personnes de référence pour les gestes simples de la vie»

L’objectif principal du projet consiste à permettre aux jeunes en difficulté de s'appuyer sur des personnalités clés, susceptibles de représenter des modèles alternatifs de référence identitaire. Les proches aidants, issus de l’entourage familial, ou les mentors (professionnels à la retraite) sont des personnes de confiance, connues du jeune, insérées professionnellement et socialement. Ils sont reconnus comme des personnes de référence et incarnent par leur trajectoire de vie des modèles identificatoires rassurants. Il y a trois domaines où ils peuvent intervenir: les comportements adaptés au monde actuel (hygiène de vie, logement, budget, vie sociale), la fiabilité au travail (ponctualité, organisation, respect), le comportement aux cours et la gestion des devoirs et leçons (y compris la préparation aux examens à passer). «Les adultes concernés doivent avoir le temps et les compétences pour rencontrer les jeunes régulièrement, à domicile ou dans un lieu public, pour les soutenir moralement et les aider concrètement à la réalisation de certains actes de la vie quotidienne. Quelques règles sont à appliquer, afin que tout se passe bien: respecter le libre choix et les valeurs de chaque personne, ne pas vouloir exercer un pouvoir ou tirer des avantages matériels, connaître ses limites et ses compétences, travailler avec les professionnels d’Action Jeunesse, en complémentarité, et définir dès le départ la fréquence et la durée de son engagement.», explique Igor Schimek. La force du projet réside notamment dans le fait que les adultes bénéficient de deux soirées de formation clarifiant leur rôle et reçoivent un guide pratique et une liste de tâches à effectuer. Une permanence téléphonique et des entretiens personnalisés sont à leur disposition à des heures fixes, et des tables rondes bimensuelles organisées par les professionnels d’Action Jeunesse.

Cette action de réinsertion n’est pas une concurrence ni un doublon avec des dispositifs existants. Action Jeunesse veille à œuvrer en partenariat avec les autorités et les services publics ou associatifs. Les organismes concernés par la jeunesse et l’insertion sont aussi des partenaires qui pourront augmenter l’impact, la synergie et pourquoi pas les moyens en personnes et en matériel à disposition du projet. Les associations de retraités ou de personnes âgées seront un partenaire important pour le réseau de mentors bénévoles. «Solidarité entre générations» vise à recréer et renforcer les solidarités, les réseaux sociaux, les liens entre générations dans notre société. «Quand les jeunes et les familles seront responsabilisés à trouver eux-mêmes les objectifs et moyens de leur avenir professionnel et citoyen, quand ils seront soutenus par des adultes compétents et disponibles, quand la société toute entière – et les autorités –réalisera l’étendue du problème, et reprendra en main sa responsabilité et ses compétences pour que nos jeunes soient les citoyens actifs de demain, la démarche d’Action Jeunesse aura trouvé tout son sens et ses raisons d’exister», conclut Igor Schimek.

Soutenez le projet d'un jeune en partageant vos connaissances et votre expérience et inscrivez-vous auprès de la Fondation Valaisanne Action Jeunesse, Rue des Tonneliers 5, 1950 Sion, 027 321 11 11 info@actionjeunesse.chwww.actionjeunesse.ch.

TEMOIGNAGES - TEMOIGNAGES - TEMOIGNAGES

«On leur donne un peu de bienveillance…»

Nadia Volken, mentor

Je souhaitais depuis longtemps m’engager bénévolement. Faire quelque chose pour quelqu’un, sans que cela concerne ma famille. J’aide Sylvie* à faire un budget et à payer ses factures, une fois par mois. Son projet de formation était mis en péril par un début d’endettement. Comme elle n’a pas reçu d’affection, elle était très demandeuse et les premières rencontres étaient compliquées. Je ne savais pas mettre de limite et je voulais arrêter. Puis Action Jeunesse a fait l’intermédiaire, a rappelé le cadre, les limites, nos engagements. Depuis, ça s’est mieux passé. Cela fait un an que nous nous voyons. Je suis une des seules personnes qui a confiance en elle. Elle aime bien me parler et elle attend que je la rassure. Elle attend un regard bienveillant. J’ai de l’empathie pour elle, du respect, je trouve qu’elle est très forte, vu son parcours dans les foyers. Je lui donne un peu de bienveillance...

«Me concentrer sur la réussite de mon apprentissage!»

Julien*, 19 ans, apprenti

L’an dernier, mon père est décédé subitement. C’était une épreuve difficile à traverser. J’ai eu la chance d’avoir le soutien de plusieurs proches, notamment d’une tante. Depuis cet événement, ils m’apportent un réconfort moral et m’aident dans les tâches quotidiennes comme faire les commissions, la lessive, le repassage, etc. L’entreprise dans laquelle j’effectue mon apprentissage est au courant de ma situation. Elle reste à mon écoute en cas de besoin et m’encourage. Je bénéficie aussi de l’accompagnement d’Action Jeunesse qui m’aide dans les démarches administratives et dans la gestion de mon budget. Si j’avais dû gérer tout cela tout seul, je ne m’en serais pas sorti et j’aurais certainement baissé les bras. Toutes ces aides m’ont permis de partir sur de bonnes bases, de bien avancer et de me concentrer sur la réussite de mon apprentissage.*prénom d’emprunt

«Les mentors bénéficient d’un soutien régulier afin de leur permettre de mener à bien leur mission»

Igor Schimek, médiateur social et coach auprès d’Action Jeunesse

Le projet d’un jeune implique la participation de l’entourage familial ou d’un tiers. Pour un jeune en difficulté, de pouvoir compter sur un adulte de référence, qui l’accompagne et le conseille dans les gestes courants, est d’autant plus important. «Solidarité entre générations» vise à refaire des liens positifs et à soutenir les proches. On est toujours plus forts ensemble! Les proches aidants et mentors bénéficient de deux soirées de formation clarifiant leur rôle et reçoivent un guide pratique et une liste des tâches à effectuer. Une permanence téléphonique et des entretiens personnalisés sont à leur disposition à des heures fixes, et des tables rondes bimensuelles organisées par Action Jeunesse. Ce projet respecte strictement les règles de confidentialité et de respect de la sphère privée usuelle. Si des problèmes plus graves sont reconnus, la transmission aux acteurs compétents se fait en accord avec les jeunes, les familles, les partenaires institutionnels, selon le cadre légal.